Mon parcours

C’est en Normandie au sein de la ville de Lillebonne entre Rouen et Le Havre que je vois le jour le 4 septembre 1974 à 4H55’. En cette première année d’école, je refuse de faire la sieste préférant rêver les yeux levés vers le ciel en observant le soleil! C’est donc tout naturellement que « le petit » est surnommé par son instit : Soleil.
A 5 ans je fais mes premiers pas de danse et de chant avec ma maman soliste soprano colorature (premier prix de conservatoire de l’opéra de Rouen).
Entre 7 et 10 ans, je suis un élève studieux et très sage, toujours dans les premiers de la classe. Je surprends par mon écriture mature. Quand l’adolescence arrive, il n’en est plus de même, je me cherche, ou plutôt je cherche rien du tout ! L’école me barbe, le système scolaire ne me correspond pas.
C’est à l’âge de 14 ans que le déclic se produit. Suite à la visite avec mon collège au Volcan, Maison de la Culture du Havre, je suis impressionné par les coulisses du théâtre. C’est pour moi une véritable révélation, un choc. Voulant absolument y découvrir ce milieu, pendant que mes camarades d’école profitent de leurs vacances, je multiplie les stages dès que mon temps libre me le permet. Ainsi, une première dans l’académie à l’époque! J’obtiens du rectorat une dérogation exceptionnelle jusqu’à ma majorité afin de pouvoir y travailler légalement et bénéficier d’une protection. Touchant à tout, je me passionne pour le spectacle, et suis le « chouchou » des metteurs en scène et techniciens. Nullement intimidé, en douce, je déroge aux consignes et interdits et investi les loges des grands artistes « les dits intouchables », ceux qu’il ne faut pas déranger aux dires des collègues. Mon culot surprendra Jacques Dutronc qui demandera à son équipe technique de m’intégrer sur plusieurs dates régionales de sa tournée 1992. A 17 ans après un prix de poésie, l’envie me prend d’écrire mes premières chansons puis à 20 ans je me forme et professionnalise dans l’éclairage de théâtre sur Avignon puis remonte sur Paris.  

Mais en ce début de carrière, je n’exercerais que peu de temps dans l’éclairage, d’autres propositions alléchantes se présentant à moi.
En 1995, en stage de fin d’études dans un premier temps, en télévision à M6, je travail comme Assistant du Directeur Photo puis Assistant Réalisateur avec Olivier Beghin sur des émissions musicales comme Fax’o ou Le Hit Machine animé par Yves Noёl et Ophélie Winter. Par la suite je découvre pour 6 mois le métier d’Assistant de promotion en label Sony Music. Parallèlement en 1996, je suis Chroniqueur radio sur « TSF »dans l’émission de Romuald Boulanger et renseigne les auditeurs sur les métiers du spectacle, également parolier pour plusieurs chanteurs (ses) du cabaret : Le Canotier du Pied de la Butte Montmartre. En 1997, je propose aux chaînes TV un projet de production et présentation d’émission original avec le soutien et conseil de Michel Chevalet et Fabrice Collaro de TF1 consacré aux maquettes et modèles réduits en lien avec un hobby de mon adolescence.

Catherine Malaval productrice de l’émission « Nulle part ailleurs »sur Canal + accroche et me propose d’intégrer l’émission sur la chaîne câblée Canal J. Après une première émission pilote enregistrée, je déchante vite, la grille de programmation est subitement refondue et l’émission « passe à la trappe ». Je récidive avec le concept d’émission « clin d’œil » pour la chaîne MCM avec Jessica Falour et Romuald Boulanger avec qui je sympathise et découvre un talent très prometteur, tout jeune animateur de 16 ans devenu l’interviewer phare d’NRJ et producteur/réalisateur de cinéma aujourd’hui.

Avec ce bagage hétéroclite et comportement fonceur, à 23 ans, je rentre par la petite porte comme placeur au Music Hall Bobino recruté par Philippe Bouvard et Patrick Garachon Directeur Artistique. Je deviens rapidement après promotion Régisseur de salle ou je côtoie les plus grandes productions françaises telles que par exemple Glem productions. Multipliant les rencontres, je sais que j’ai une carte à jouer concernant mes projets musicaux encouragé par de nombreux artistes à interpréter moi même les textes de mes chansons. Alors c’est en auteur, interprète que je signe avec les éditions Bleu Mandarine pour une première chanson «J’suis pas Pavarotti » (comme pour me faire pardonner de ne pas avoir la même puissance vocale que ma maman). Cet éditeur me fait enregistrer «L’esprit mutine » chanson pop rock et en envoie sans me prévenir la maquette à l’émission « La bonne humeur » de Daniel Gilbert sur France 3 pour sa rubrique jeunes espoirs.

Deux jours après, je suis programmé et me retrouve en public sur le parvis de la défense, élu par les téléspectateurs » meilleur espoir du mois » devant 15 autres artistes produits, distribués et pour certains programmés sur de grandes radios nationales! J’effectuerais un deuxième passage en interview avec François Valéry et serais de nouveau sollicité pour chanter à la dernière émission.

Alors qu’il se produisait à Bobino avec Artango, Fabrice Ravel Chapuis pianiste, réalisateur, compositeur et arrangeur de renom réf. : (Bénabar, F.Morel, Régine, S.Adamo, Y.Duteil…) tombe totalement par hasard « si il y en a un… » sur ma première TV. Fabrice séduit par ma prestation me propose alors la réalisation d’un répertoire pop rock électro et se joint également à l’aventure le compositeur Hocine Hallaf rèf : (Aston villa, Jennifer, Nolwenn Leroy…). Après de nombreuses démarches et demandes de transformations des titres par des producteurs ou maisons de disques, cela ne me correspond plus et cette recherche de la réussite en vient à m’obséder, une pression que j’ai beaucoup de mal à gérer tant je sens être prêt du but ! Alors après quelques désillusions et rêves de jeunesse, paillettes, je passe à autre chose comme je sais si bien le faire et repasse dans l’ombre au service des artistes.

En 2002, je recherche une structure culturelle sédentaire pour revenir à ma formation de base et deviens Régisseur pour le Théâtre de la ville d’Avranches dans la Manche près du Mont St Michel ou je retrouve mes racines Normandes et une qualité de vie qui semble plus convenir à ma personnalité!

Aujourd’hui, après des années consacrées à l’accueil des spectacles des autres je suis depuis 2009, régisseur technique du service des musées et du patrimoine de la ville d’Avranches. Principalement missionné pour le Scriptorial d’Avranches (Musée des manuscrits du Mont St Michel). Je suis revenu à des activités telles que la régie générale, scénographie, conception lumière, conservation etc…Petit retour en arrière en 2011. Voulant toujours gardé un pied dans l’univers du spectacle, j’ai fais aboutir un grand projet professionnel qui m’a tenu à cœur, un véritable tournant…

En effet, le 5 mai 2010, la veille de la commission de programmation culturelle de la ville d’Avranches, entre deux portes, j’ai proposé à Fabienne Dorey, à l’époque, Directrice des affaires culturelles de la ville d’Avranches la mise en place au Scriptorial d’une exposition sur les manuscrits de la chanson française. Celle-ci a eu lieu du 17 juin (vernissage et voyage de presse organisé) au 25 septembre 2011.

Evènement sans précédent en France par son contenu et diversité, plus de 100 artistes étaient représentés. 

Cette exposition intitulée : Paroles et musique, les manuscrits de la chanson française fut parrainée par Jack Lang dans le cadre du trentième anniversaire de la création de la fête de la musique qu’il a initiée en 1981. Réalisée en collaboration avec Fabien Lecœuvre, spécialiste collectionneur et la S.a.c.e.m, l’exposition représentait sur Avranches plus d’un siècle de chansons allant de la marseillaise, Jacques Brel, à Joyce Jonathan ou Renan Luce. Les visiteurs pouvaient non seulement découvrir des écrits et partitions originales mais également, affiches d’époque, photos, vidéos, magazines, tenues de scène, récompenses, instruments etc…En parallèle, de nombreuses manifestations ont eu lieu. Parution en librairie d’un livre-catalogue de l’exposition, un master classe d’écriture animé par le pluridisciplinaire Yvan Cujious, un concours d’écriture sous la Présidence de Claude Lemesle (que l’on ne présente plus et ex-Président du Conseil d’Administration de la S.a.c.e.m) avec pour membres du jury : Hélène Nougaro, Juliette Noureddine, Claire Denamur, Yves Duteil et Fabrice Ravel Chapuis. D’autres évènements comme des concerts, petits déjeuners, et animations musicales ont pris place.

Sachez pour anecdote que cette exposition n’aurait sans aucun doute jamais vu le jour si non évoqué ce jour même car les expositions temporaires sont programmées deux ans à l’avance et je ne voulais pas en parler avant d’avoir présenté un dossier étayé…Le mot destin trouve ici tout son sens…c’est un peu l’histoire d’une belle chanson!
J’ai assuré la coordination et Co-commissariat de l’exposition aux cotés de Fabien Lecœuvre afin de donner à cette exposition toute sa splendeur et légitimité…

Durant plus de trois mois, la ville d’Avranches est devenue la capitale de la chanson française!

Fort de son succès tant médiatique, au niveau national, qu’en nombre de visiteurs, cette même exposition sera remise en place par l’équipe Fabien Lecœuvre Organisation du 9 au 17 juin 2012 au parc Floral de Vincennes dans le cadre du Salon du Timbre et de l’Ecrit organisé par la Poste puis au Casino de la ville d’Arras.
La suite de l’histoire, vous la devinez puisque c’est ce qui justifie l’existence de ce site internet. A partir de 2015/2016, je réalise des interviews pour la revue du spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Après 2 ans d’un véritable travail journalistique d’investigation, je publie la première biographie consacrée à André Claveau, en autre, premier chanteur français à remporter le grand prix de l’eurovision et star des années 40/50. Puis viendra dans un registre de musiques actuelles la biographie de Carmen Maria Vega.

Merci d’avoir pris de votre temps pour découvrir qui je suis. Je vous laisse découvrir les autres rubriques…

Travail de recherches – Journalisme d’investigation spécialisé dans le domaine du spectacle – Photographie scénique – Direction artistique de contenus d’ouvrages et d’expositions – Droit à l’image – Discrétion